top of page
  • Writer's pictureboubou-madsenses

Slow fashion (english, français)


My atelier, create with 100% recycled furnitures/Mon atelier crée avec 100% de meuble recyclé.



Why I chose sustainable.

This is an important subject, a subject which requires knowledge of the clothing industry.


Some facts:

- 4 billion tonnes of CO 2 equivalent per year, these are the global emissions generated by the textile industry (clothing and shoes). For the French, an average of 12 kilos per person, per year. Imagine.

- Textiles are responsible for 20% of industrial water pollution. Soil pollution. greenhouse: the textile industry is responsible for 8% of global greenhouse gas emissions, including clothing and shoes.

- the underpayment of tailors and seamstresses in many countries around the world (and of course it is in this country that industries produce the most) e.g. minimum monthly wages in certain countries: Turkey 314 euros, China 194 euros , India 127 euro, Bangladesh 83 euro, Madagascar 48 euro…and unfortunately it has worse like Ethiopia with 23 minimum wage for industrial labor workers.


I think these three facts are quite enough about it. The world is made of distortion and consumption.

Some will surely tell me, well yes, but you too participate, and it's true, but in a conscious way.

Let's be clear, we need clothes in this reality and I even admit that I love them. I think it's great that we can express ourselves through fashion.


About me and how i come to this project:

I started sewing around 19 or 20 and let me be honest, I wasn't aware of ANYTHING, I was so happy to have the power to create from textile, I was buying this that I liked, regardless of the material or the origin.


And that's ok, we do with what we have, what we know. It's the learning of life.

On the other hand, at 25 I began to travel around the globe, and to see a reality that was distant to me but above all totally unknown.

Let's be clear, the world is as wonderful as it is dirty, polluted.

On the road, I didn't have my machines, my nomadic life pushed me towards other passions like tattooing.

But when Covid arrived, after 7 years of traveling, I found myself in Germany with my machines nearby.

And there, choices must be made.


Without any judgment for the creators who do not ask themselves the question of ethics, although it would be great if everyone questioned themselves on these subjects (and many others).

I decide to no longer sponsor large sewing businesses, only for things that are impossible to recycle. Or, I buy fabrics of organic and/or European origin. Don't get me wrong, I'm human and sometimes I escape my own rules, when my partner brings me fabrics he found along the way and there is an animal pattern...or when I receive gifts  But it has become very rare.

I hunt for new or almost new items, quality fabrics, I even have friends who help me and look for me in other countries.


I deconstruct and rebuild based on recycling, adding quality fabrics and time, a lot of time.

So there you have it, isn't it a gift to treat yourself to something made with soul and conscience? Isn't it great to be able to put a face to the creators you support, because they are alone or in small groups working on their arts?


I am always happy to come home or receive a unique piece from a designer or craftsman.

Sometimes having less is having more.

A less stuffy, but conscious wardrobe and a beautiful wardrobe.


About prices and confection:

The prices on my online store are very variable, because I like to be affordable for everyone, and also because the amount of work is very variable depending on each project.

Always good quality, I can just dye something lovely I've found along the way, or I can remake a second-hand piece from scratch, or even use new organic textiles, or hand-sew bigger things like fur jackets.



Me, working in a other room want something is to cold in my atelier./Moi, travaillant dans une autre pièce car des fois il fait trop froid dans mon atelier.



Pourquoi j ai choisi le durable.


Voila un sujet important , un sujet qui demande des connaissances en matière d’industrie vestimentaire.


Quelques faits:

  • 4 milliards de tonnes d'équivalent CO 2 par an, ce sont les émissions mondiales générées par l'industrie textile (vêtements et chaussures).pur les français une moyenne de 12 kilo par personne. Imaginez.

  • Le textile est responsable de 20 % de la pollution des eaux industrielles. Pollution des sols. serre : l'industrie textile est responsable de 8 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre en compta bilisant les vêtements et les chaussures.

  • le sous-paiement des couturiers et couturières dans  énormément de pays d monde(et bien sur c’est dans c’est pays que Les industries produisent le plus)ex des salaires mensuel minimum de certains pays: Turquie 314 euro, chine 194 euro, l’Inde 127 euro, Bangladesh 83 euro, Madagascar 48 euro …et malheureusement il a pire comme l”Ethiopia avec 23 de salaire minimum pour les travailleurs de main d’œuvre de l’industrie.


Je pense que ces trois faits sont bien assez à ce sujet. Le monde est fait de distorsion et de consumation.

Certains me diront sûrement, ben oui, mais toi aussi, tu participes, et c'est vrai, mais de manière consciente. Soyons clairs, nous avons besoin de vêtements dans cette réalité et j'avoue même adorer ça. Je trouve génial que l'on puisse s'exprimer à travers la mode. 


Sur moi et ma venue a ce projet:

J'ai commencé à coudre autour de mes 19 ou 20 ans et laissez-moi être franche, je n'avais pas conscience de RIEN, j'étais tellement heureuse d'avoir le pouvoir de créé à partir de textile, j'achetais ce qui me plaisait, peu importe la matière ou la provenance.

Et c'est ok, on fait avec ce que l'on a, ce que l'on sait. C'est l'apprentissage de la vie.

Par contre a 25 ans j ai commencais a voyager autour du globe , et a voir une realite qui m'etais lointaine mais surtout totalement inconnu.

Soyons clairs, le monde est aussi merveilleux qu'il n'est Sale, pollué.


Sur la route, je n'avais pas mes machines, ma vie de nomade m'a poussé vers d'autres passions comme celle du tatouage. Mais à l'arrivée du Covid , après 7 ans de vie de voyage, je me retrouve en Allemagne avec mes machines à proximité. 

Et là, des choix se sont imposés à moi.

Sans jugement aucun pour les créateurs qui ne se posent pas la question de l'éthique, malgré que ce serait super si tout le monde se remettent en question sur ces sujets (et bien d'autres).

Je décide de ne plus sponsoriser des grands commerces de couture, seulement pour les choses impossibles à recycler. Ou bien, j'achète des tissus de provenance biologique et/ou européenne. Ne vous m'éprenez pas, je suis humaine et des fois, j'échappe à mes propres règles, quand mon compagnon me ramène des tissus qu'il a trouvés sur sa route et qu'il y a un motif animal, ou qd on m'offre certain materieaux. Mais c'est devenu très rare.

Moi, je chine, de la pièce neuve ou presque, des tissus  de qualité, j'ai même des amies qui m'aident et cherchent pour moi dans d'autres pays des super pièces àrecycler.

Je déconstruis et reconstruis sur la base du recyclage, y ajoute des tissus de qualité, du temps, beaucoup de temps. 


Alors voilà, n'est-ce pas un cadeau de s'offrir quelque chose fait avec âme et conscience ? N'est-ce pas génial de pouvoir mettre un visage sur les créateurs que vous soutenez, car ils sont seuls ou en petits commités pour travailler leurs arts ?


Je suis toujours heureuse de trouver ou recevoir une pièce unique d'un créateur ou artisan. 

Des fois, avoir moins, c'est avoir plus.

Une garde-robe moins étoffée, mais consciente et une belle garde-robe.

Les prix sur ma boutique en ligne sont très variables, car j'aimerais pouvoir être acheté par n'importe qui, et aussi parce que la quantité de travail est très variable en fonction du projet.


A propos des prix et d la confection:

Les prix sur ma boutique en ligne sont très variables, car j'aime pouvoir être abordable pour tout le monde, et aussi parce que la quantité de travail est très variable en fonction de chaque projet.

Toujours de bonne qualité, Je peux me contenter de teindre quelque chose d'adorable que j'ai trouvé sur mon chemin, ou je peux refaire une pièce d'occasion à partir de zéro, voir utiliser des textiles organiques neuf , ou coudre à la main de plus grandes choses comme les vestes en fourrure.

Kommentare


bottom of page